LES ARTICLES

Concurrence, compétition, émulation… De quoi parle-t-on ?

Rien n’est jamais acquis, à terme : Perspectives anthropologiques sur la concurrence

Professeur

Dominique DESJEUX

Université Paris Descartes

BIOGRAPHIE

Quand l’anthropologue s’éloigne de ses territoires traditionnels, ceux de la parenté, du culte des ancêtres et des tensions sociales autour de l’accès à la terre agricole, qui conditionne la survie des familles villageoises en Afrique et à Madagascar, pour investir le champ de la consommation des classes moyennes urbaines en Chine, au Brésil, aux États-Unis ou en France, comme je l’ai fait à partir des années 1990, il retrouve comme un air de déjà-vu alors que tout pourrait paraître si différent. La compétition pour l’accès à la salle de bains le matin, la concurrence pour l’accès aux nouvelles technologies de la communication dans le living le soir, les tensions autour de la gestion du chauffage et de l’énergie dans le logement, les conflits dans la voiture pour maîtriser le choix de la musique ou pour avoir accès au volant une fois reçu au permis de conduire apparaissent comme les prolongements urbains de la gestion rurale de la concurrence pour l’accès aux espaces qui conditionnent le déroulement, bon ou mauvais, de la vie quotidienne. La bataille pour le contrôle du living et de ses usages, à une échelle microsociale, celle des interactions entre les membres du foyer, est symboliquement au cœur des concurrences familiales. « L’amour ne suffit pas », il faut aussi gérer la concurrence entre acteurs familiaux.

Article en accès restreint

Commander sur Amazon Version e-book