LES ARTICLES

DEUXIÈME PARTIE : LA CONCURRENCE JUSQU’OÙ ?

La liberté de la concurrence et l’intérêt général

Présidente

Juliette MÉADEL

lavenirnattendpas.fr

BIOGRAPHIE

Loin d’incarner l’idée de rivalité destructrice entre plusieurs personnes ou plusieurs forces dans la course vers un unique objet, la concurrence était définie au xive siècle comme la rencontre, la convergence entre deux éléments. Quelques siècles plus tard, elle signifie également le fait d’agir ensemble, conjointement et à égalité dans la poursuite d’un même but. Considérée ainsi, la concurrence stimule la volonté collective, exacerbe le désir de réussir ensemble, collectivement et pas nécessairement au détriment des autres. Prise dans son acception contemporaine, la notion de concurrence renvoie moins à la convergence des énergies qu’à la loi du plus fort et à son corolaire : le libéralisme. La liberté de circulation des marchandises et des biens en Europe, la liberté d’établissement et celle de concurrence vont en effet de pair avec la disparition des contrôles aux frontières et le développement du commerce intra- et extraeuropéen.

Article en accès restreint

Commander sur Amazon Version e-book