LES ARTICLES

Concurrence, compétition, émulation… De quoi parle-t-on ?

La concurrence des sanctions

Avocat

Pierre SERVAN-SCHREIBER

Skadden Arps

BIOGRAPHIE

La mise en œuvre de sanctions est une des prérogatives fondamentales de l’État et le corollaire de son pouvoir (v., p. ex., Michel Foucault, Surveiller et punir, Gallimard, 1975). Selon Michel Foucault, l’État se définit d’ailleurs plus comme la résultante de techniques de gouvernement que comme une unité, une individualité : « L’État ce n’est pas un universel ; l’État ce n’est pas en lui-même une source autonome de pouvoir ; l’État ce n’est rien d’autres que des faits : le profil, la découpe mobile d’une perpétuelle étatisation ou de perpétuelles étatisations, de transactions incessantes qui modifient, qui déplacent, qui bouleversent, qui font glisser insidieusement, peu importe, les financements, les modalités d’investissements, les centres de décision, les formes et les types de contrôles, les rapports entre pouvoirs locaux et autorité centrale, etc. L’État ce n’est rien d’autre que l’effet mobile d’un régime de gouvernementalité multiple. » (M. Foucault, « La Phobie d’État », Libération, 30 juin, 1984 – extrait du cours du Collège de France, 1978-1979, Naissance de la biopolitique). Or, l’évolution du monde, depuis le début du xxie siècle en particulier, se traduit par une accélération massive de la mondialisation des échanges et donc celle de la libre circulation des biens, des capitaux, des personnes et de l’information.

Article en accès restreint

Commander sur Amazon Version e-book