LES ARTICLES

Élections présidentielles 2012 : Quelle politique de concurrence pour la France et pour l’Union européenne ?*

Président de la République

François HOLLANDE

Présidence de la République

BIOGRAPHIE
Ancien Président de la République

Nicolas SARKOZY

UMP

BIOGRAPHIE

Êtes-vous convaincu de ce que, sans être une fin en soi, un bon fonctionnement de la concurrence est, même en période de crise, un moyen de promouvoir la croissance économique sous forme de plus d’innovation, de baisse des prix, d’amélioration de la qualité des produits et des services et de développement de l’emploi ?

François Hollande : C’est souvent lorsqu’elle dysfonctionne que l’on réalise à quoi sert la concurrence, par exemple lorsqu’une jeune entreprise innovante est entravée dans sa croissance par une multinationale ou lorsque des cartels se forment et accumulent les rentes au détriment des entreprises clientes et des consommateurs. Mais, vous l’avez dit, la concurrence n’est pas une fin en soi. La concurrence c’est un outil, au service de l’efficacité économique et technologique, de la compétitivité de nos entreprises, au service finalement de l’emploi et du pouvoir d’achat. La politique de concurrence devrait poursuivre le même objectif que la politique industrielle, avec des moyens différents. Il faut cesser d’opposer de manière dogmatique ces deux politiques comme c’est parfois le cas aujourd’hui.

Nicolas Sarkozy : J’ai toujours considéré le développement d’une concurrence saine et équitable comme l’un des facteurs décisifs pour la croissance de notre économie. Sans concurrence, les entreprises ne seraient pas incitées à poursuivre de manière continue leurs efforts d’investissement, de recherche, d’amélioration de la qualité de service et de baisse des coûts. Facteur de croissance, la concurrence est donc, indirectement, l’un des moteurs de la création d’emploi. En revanche, si les bienfaits de la concurrence relèvent à mes yeux de l’évidence, il me paraît tout aussi évident que la concurrence doit être saine, impartiale et encadrée. C’est pourquoi la définition d’un cadre de concurrence équitable à l’échelon national, mais aussi européen et mondial, est l’une de mes priorités.

Article en accès restreint

Commander sur Amazon Version e-book