LES ARTICLES

AVANT PROPOS

Concurrences : Dix ans, une question

Rédacteur en chef

Nicolas CHARBIT

Revue Concurrences

BIOGRAPHIE
Professeur - Membre

Laurence IDOT

Université Paris 2 Panthéon-Assas - Autorité de la concurrence

BIOGRAPHIE
Professeur, Codirecteur du Centre européen de droit et d’économie

Frédéric JENNY

ESSEC

BIOGRAPHIE

En septembre 2004, Concurrences était un projet. Dix ans après, en septembre 2014, Concurrences est encore un projet, mais un projet en permanente évolution. A l’occasion des 10 ans, le souhait des fondateurs a été, non pas tant de célébrer un anniversaire, exercice par trop narcissique, mais de regarder ce qui a été fait pour s’interroger sur la finalité de la concurrence en répondant à une question «  A quoi sert la concurrence ? ».

Dix ans

10 ans de Concurrences, c’est, d’un point de vue quantitatif, 40 numéros, 23000 abonnés individuels présents dans 32 pays. Ces résultats – que nous étions loin d’espérer en 2004 – sont le fruit de l’énergie collective de toute une équipe de permanents et de non permanents associés à un projet éditorial : universitaires, magistrats, hauts fonctionnaires, avocats… ; français, européens, étrangers. Le travail de cette équipe a permis de franchir les trois étapes indispensables à la pérennisation de ce qui a été et qui reste un projet d’auteurs.

En premier lieu, Concurrences a réussi à mobiliser en dix ans plus de 1 000 auteurs qui ont rédigé près de 15 000 contributions. Indépendamment de  liens personnels occasionnels, les auteurs sont motivés d’abord par la qualité du projet éditorial. Maintenir un flot régulier de contributions de qualité au-delà des premiers numéros se fait par la mobilisation des membres des comités de la revue qui sollicitent leurs connaissances.

En deuxième lieu, Concurrences a pris dès 2005 le tournant du numérique, d’abord en investissant dans un site dédié qui rend accessible l’intégralité des archives et permet un accès individuel à chaque article et aux pages des auteurs. Puis, en 2008, la revue a lancé un supplément électronique (Concurrences +) en publiant dans la version en ligne des articles ne pouvant trouver leur place dans la version imprimée, tels les actes de colloques, des contributions à des mélanges et la lettre Creda Concurrence. Cet enrichissement considérable, qui représente environ 30 % du volume de la version imprimée, confère à Concurrences une double nature : celle d’une revue universitaire et celle d’une base de données.

Concurrences a assuré, en troisième lieu, son expansion géographique en allant chercher des lecteurs et des auteurs hors de France. Dès sa création, la revue était présente  à Bruxelles et au Luxembourg, siège francophone de la Cour de justice, mais une politique éditoriale européenne et extra-européenne a été rapidement développée. Un bulletin d’actualité électronique – e-Competitions – a couvert en anglais dès 2005 l’actualité jurisprudentielle et administrative des Etats membres de l’Union européenne. Depuis 2010, la revue a renforcé sa présence dans la capitale européenne avec un séminaire Law & Economics au rythme d’une session par mois. En 2011, Concurrences a ouvert  un bureau permanent à New York afin de nouer des partenariats avec des grandes universités américaines – New York University, George Washington University et George Mason University – et des cabinets d’avocats internationaux. Cette orientation européenne et internationale a rendu nécessaire l’apparition de l’anglais dans ses colonnes, mais l’attachement à la langue française reste prioritaire dans la revue trimestrielle.

Ces différentes étapes ont permis une diversification de Concurrences selon quatre pôles éditoriaux : revue trimestrielle, bulletin d’actualité, ouvrages et conférences. La pérennité du projet d’auteurs et l’indépendance de la revue passent par le développement de ces pôles en liaison avec les comités de direction de la revue.

A quoi sert la concurrence ?

Les quarante numéros de Concurrences fournissent une analyse systématique des pratiques et des politiques de concurrence, française, européenne et internationale sur une période longue. L’arrêt sur image à laquelle conduit un anniversaire est une occasion de voir les choses autrement, avant de continuer de plus belle.

Voir les choses autrement, c’est, notamment, proposer une autre lecture de ces pratiques et de ces politiques en donnant la parole à des nouveaux auteurs. La revue – devenue pour la cause un ouvrage – a ouvert ses colonnes à 100 personnalités, pour partie des habitués de ses colonnes, mais dans leur majorité, des inconnus de la politique et du droit de la concurrence : des historiens, un sociologue, un anthropologue, un démographe, deux hommes d’église, des essayistes et des entrepreneurs, des hommes et des femmes politiques. Ces contributions viennent de France, mais aussi de Belgique, d’Allemagne, de Grande-Bretagne, des Etats Unis, de Chine.

Cette pléiade d’auteurs a livré pour les dix ans de la revue cent contributions. Dix de celles-ci sont une sélection d’éditoriaux et d’interviews publiés entre 2004 et 2014, dont, entre autres, les entretiens avec les quatre candidats aux élections présidentielles de 2007 et 2012 qui ont marqué l’ouverture de la revue, sans parti pris, vers une vision plus politique de la concurrence.

Les promoteurs de ce nouveau projet éditorial – que soient ici remerciés Martine Behar-Touchais et Rafael Amaro, aidés de Déborah Thebault – ont voulu permettre à chacun de ne plus avoir d’idées reçues sur la concurrence et se forger sa propre réponse à la question “À quoi sert la concurrence ?”. La concurrence est-elle l’arme de la “guerre économique”, conduisant à “l’extermination réciproque” ? Peut-elle être assimilée à la “loi de la jungle” ? Crée-t-elle des emplois en favorisant l’innovation ? Est-elle un principe harmonieux d’organisation de la vie en collectivité ? La concurrence est-elle facteur de progrès ? Les 100 contributions proposent autant de visions différentes selon l’origine des auteurs sollicités. Le pluralisme des idées est assuré par la pluridisciplinarité des auteurs.

Au terme de dix ans de revue Concurrences, une occasion est ainsi offerte à chacun de voir autrement la concurrence et d’en découvrir les multiples facettes.